Edouard Philippe a tenté d' »expliquer » mercredi le recours à un vol privé Tokyo-Paris à 350.000 euros pour le ramener plus vite et confortablement de Nouvelle-Calédonie avec sa délégation début décembre, une décision que le Premier ministre « assume complètement » malgré la polémique. Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a voulu à son tour, à l’issue du Conseil des ministres, défendre ce choix.

Lire la suite : Avion de Philippe: "Je peux comprendre que le montant soit impressionnant mais il est inférieur au dernier déplacement d'un Premier ministre"

(Vu 2 fois)