Le 23 avril dernier, au premier tour de l’élection présidentielle, une femme est rentrée dans l’église de Rennes-le-Château décapiter la statue du diable. Elle était hier devant le tribunal correctionnel de Carcassonne. Verdict le 24 novembre. «Il semblerait que mon acte ait réveillé la légende de Rennes-le-Château…» Un regain d’intérêt dont la commune se serait sans doute passée, tout comme les 7 712 € de frais nécessaires à la restauration…

Lire la suite : Rennes-le-Château. Religion, ésotérisme et paranoïa à la barre pour un diable décapité

(Vu 6 fois)