Pour un regard, il a failli mourir. Et il l’a assuré hier devant la cour d’assises de la Haute-Garonne : vu son état d’ébriété avancé le jour des faits, cela ne pouvait qu’être un regard «vide». Tout remonte au 19 avril 2015, vers 4 h 30, à la station Total du quartier de La Cépière, sur le périphérique intérieur. Un jeune homme de 32 ans s’apprête à rejoindre son domicile en Ariège lorsqu’il s’arrête pour prendre un sandwich. Histoire de…

Lire la suite : Toulouse. Pour un regard, il prend deux coups de poignard

(Vu 4 fois)