«J’ai trouvé les clés du scooter par terre, rue de Metz. Je suis resté pour attendre le propriétaire 45 minutes. J’ai même téléphoné à Yamaha pour obtenir le nom du propriétaire en leur donnant la plaque mais ils n’ont pas répondu. J’espérais une récompense» explique le prévenu. «C’est presque un kidnapping, vous attendiez une rançon !» ironise le président du tribunal, Didier Suc. Le prévenu est un homme de 43 ans, déjà condamné sept fois par…

Lire la suite : Toulouse. Le «kidnapping» du scooter tourne court

(Vu 5 fois)