Ce trentenaire domicilié à Saint-Sylvestre a souhaité un délai pour sa défense. Il sera jugé le 6 octobre prochain. Le laps de temps peut être suffisant pour obtenir d’un expert psychiatre un rapport sur l’état de santé mentale de cet incendiaire présumé. Pour assurer sa défense, il a usé d’une phrase qui pourrait favoriser la compréhension de son geste. Sans aborder les faits, le président du tribunal correctionnel Bertrand Quint l’a…

Lire la suite : Saint-Sylvestre-sur-Lot. Jugé pour avoir voulu brûler sa femme : «Je m'extasie devant un barbecue»

(Vu 2 fois)