Un an après l’attentat, la Promenade des Anglais s’est illuminée vendredi soir de 86 faisceaux lumineux, un par victime tuée, sous le regard d’une foule silencieuse, cosmopolite et familiale. Le grand moment d’émotion a sans doute été, en fin de soirée, l’interprétation de la chanson «Les feux d’artifice» par Calogéro, ému au point de ne pas pouvoir chanter le dernier couplet.

Lire la suite : Submergé par l’émotion, le chanteur Calogéro n’a pas pu terminer sa chanson, lors de l’hommage aux victimes de l’attentat de Nice (vidéo)

(Vu 2 fois)