Le 7 décembre 2015, Rajae Gueffar traverse une voie sur un passage plancher, et non par le souterrain. Depuis 2001, cette mère de famille effectue le nettoyage des trains en gare d’Agen. Et depuis qu’elle est salariée, disent ses défenseurs, «elle n’a fait l’objet d’aucun avertissement». Le 17 décembre, dix jours plus tard, elle est licenciée pour faute grave. Trois mois se sont écoulés sans que l’employeur, Onet France, ne manifeste…

Lire la suite : Agen. Le dossier Gueffar prend une autre dimension

(Vu 2 fois)